Aller au contenu

Une vidéo (en anglais) sur le Bureau du commissaire à l'équité, son rôle en Ontario et son importance pour les professionnels de la province (septembre 2011)

[ Video ]

Une vidéo (en anglais) sur le Bureau du commissaire à l’équité, son rôle en Ontario et son importance pour les professionnels de la province (septembre 2011).

Transcriptions de la vidéo

Narrateur : Le Bureau du commissaire à l’équité de l’Ontario a ouvert ses portes en 2007. Son rôle est de faire en sorte que toutes les personnes ayant qualité pour exercer une profession réglementée en Ontario, par exemple dans le domaine de la médecine, de l’enseignement ou de la comptabilité, puissent obtenir un permis d’exercice dans la province.

Le besoin de créer un organisme comme le Bureau s’est fait sentir car certains professionnels - ceux qui ont été formés à l’extérieur de l’Ontario - faisaient face à des obstacles en s’adressant à certains organismes de réglementation.

Auteur d’une demande : « Je dirais donc que le plus difficile pour moi était de comprendre le fonctionnement du processus dans son ensemble et de trouver le bon interlocuteur à chaque étape. »

Auteur d’une demande : « Le processus d’agrément, de certification au Canada, n’est pas simple. »

Auteur d’une demande : « Le processus d’obtention doit être plus rapide. »

Auteur d’une demande : « Il n’y avait rien d’objectif là-dedans. »

Auteur d’une demande : « Pourquoi? »

Narrateur : Le Bureau contrôle les organismes de réglementation pour veiller à ce que leurs pratiques de délivrance de permis soient transparentes, objectives, impartiales et équitables. Le Bureau a été créé aux termes de la Loi de 2006 sur l’accès équitable aux professions réglementées. Son objectif est simple. Il s’agit de faire en sorte qu’une personne qualifiée souhaitant exercer une profession en Ontario puisse obtenir un permis d’exercice à cette fin.

La commissaire et son équipe aident les organismes de réglementation à mettre en œuvre des changements positifs. Ils travaillent de concert pour identifier les domaines nécessitant l’intervention du Bureau.

L’honorable Jean Augustine, C.P., C.M., commissaire à l’équité : « Nous pensons qu’il existe des aspects systémiques qui sont pour ainsi dire ancrés dans les méthodes professionnelles des gens. Et ce que nous demandons, comme la loi nous invite à le faire, c’est qu’il y ait de la transparence, de l’ouverture. Une personne qui se rapproche d’un organisme de réglementation doit savoir à quoi s’attendre : les documents qu’elle doit avoir, les processus d’appel en vigueur au sein de l’organisme, le montant des frais. »

Narrateur : Les organismes de réglementation ont apporté des améliorations pour simplifier leurs processus et ont clarifié leurs exigences et éliminé les obstacles.

Dr Ian Bowmer, Conseil médical du Canada : « La commissaire à l’équité s’est intéressée à nous et à la façon dont nous menons nos affaires, ce qui nous a forcés à revoir un grand nombre de nos processus. »

Salman Kureishy, Université Ryerson : « Initialement, je pense que l’on s’attendait à ce que le mandat du Bureau du commissaire à l’équité entraîne une certaine dilution de ces normes, à ce que le processus ne soit pas aussi rigoureux. Maintenant, ça a commencé à changer, comme je vous l’ai dit, à cause des modifications concrètes qui ont été apportées. La perception a changé et je pense dans une large mesure qu’on doit cela au Bureau du commissaire à l’équité. Je pense que le travail qu’il a accompli et les rapports qu’il a rédigés y ont contribué. »

Nava Israel, Fusion Global Education : « La Loi sur l’accès équitable aux professions réglementées de l’Ontario a vraiment poussé l’ensemble des professions réglementées de l’Ontario à se tourner vers l’avenir et à aller de l’avant. Ça aurait fini par arriver tôt ou tard, de façon naturelle, mais ça aurait pris nettement plus de temps. »

Elizabeth McIsaac, Toronto Region Immigrant Employment Council : « Et donc je suis optimiste, je pense que les choses peuvent changer, mais je pense aussi qu’il ne faut pas relâcher nos efforts. Je pense que nous devons rester vigilants et que nous devons insister sur l’adoption de meilleures pratiques. »

Narrateur : Un accès équitable et plus rapide aux professions est une bonne chose pour chaque homme et chaque femme. Un plus grand nombre de professionnels hautement spécialisés pourront travailler en réalisant pleinement leur potentiel. C’est positif pour la vitalité des professions et cela donne un coup de fouet à l’économie de la province.

Haut ›